Identité

Date de naissance : 27/07/1992
Gauchère

Matériel

Revêtement : Target Pro GT H47
Bois : Hinotec Off

Palmarès

2020

Troisième place aux championnats de France seniors en double mixte

2019

Deuxième place aux championnats de France seniors en double mixtes
Deuxième place aux championnats de France seniors en double dames

2018

Championne de France en double dames seniors

2015

Deuxième place aux championnats de France seniors en double dames

2013

Deuxième place aux championnats de France seniors en double dames

2012

Troisième place aux championnats de France seniors en double dames

2011

Troisième place aux championnats de France seniors en double dames

2010

Deuxième place aux championnats de France seniors en double dames

L’interview Team Cornilleau

Comment as-tu débuté le ping ?

J’ai commencé le ping vers 7-8 ans, à l’école primaire. Un entraîneur de club venait nous initier entre midi et 14h. Un an après, je me suis inscrite dans le club où exerçait cet entraîneur et je n’ai jamais arrêté. J’ai fait du basket en parallèle, mais à 11 ans j’ai décidé de ne faire que du ping.

A quel moment t’es-tu dit que tu ferais du tennis de table ton métier ?

C’est en voyant Laure Manaudou remporter un titre olympique alors qu’elle n’avait que seize ans que j’ai eu le déclic. J’en avais douze et j’ai compris que je pouvais faire du ping mon métier. J’imaginais que je pourrais aller aux prochains J.O (de Pékin en 2008) quatre ans plus tard et moi aussi remporter un titre dans ma discipline. Sur le moment, j’y croyais fort sans peut-être mesurer tout le travail que ça nécessitait, mais au moins ça m’a convaincue de m’investir à fond.

Quel type de joueuse es-tu ?

Je pense que je m’appuie beaucoup sur mon physique, sur ma rapidité et ma puissance, ce qui me permet de prendre à défaut mes adversaires en les surprenant et en les usant.

Quel est ton coup favori ?

J’aime prendre le pivot et envoyer un coup droit puissant.

Quels sont les moments les plus marquants de ta carrière ?

Le premier est un souvenir plutôt compliqué à vivre. J’étais en cadet 2, et, alors que je pensais avoir atteint le niveau nécessaire, je ne suis pas sélectionnée pour le championnat d’Europe. Cela a été un coup dur qui m’a motivé pour travailler encore plus. J’ai finalement fait le championnat d‘Europe un an plus tard en junior. L’autre moment auquel je pense est bien plus positif et a été un véritable déclencheur. C’était lors de mon premier tournoi de sélection en seniors en 2016. Il n’y avait que deux places qualificatives pour le championnat d’Europe. Je remporte ce tournoi et me qualifie donc. Cela m’a permis de prendre vraiment confiance en moi, de comprendre que j’avais vraiment le niveau et derrière j’enchaîne les bonnes performances.

stephanie loeuillette championnat france 2020

Aujourd’hui, tu joues à Saint-Pierre-lès-Elbeuf et en équipe de France, peux-tu nous en dire deux mots ?

Bien qu’ayant voyagé grâce au ping, je n’ai jamais vraiment quitté ma Normandie natale comme port d’attache. J’ai cette région dans le cœur et il est primordial pour moi d’être près de mes proches qui y vivent. Et, il se trouve qu’il y a de très bons clubs dans la région. L’équipe de France, c’est quelque chose de très fort pour moi, représenter son pays, c’est un honneur immense et une grande fierté. J’y suis depuis 2016, et je ne compte pas lâcher ma place de sitôt.

Comment cela se passe au sein du team Cornilleau ?

J’entretien de très bons rapports avec les autres membres du team, notamment Can (Akkuzu), Romain (Lorentz) ou Camille (Lutz). Globalement, ce sont des gens simples et humbles et il y a vraiment une bonne entente entre nous.

Que t’a apporté le ping d’un point de vue personnel ?

Beaucoup de choses, déjà il m’a permis d’apprendre énormément d’un point de vue humain. Il m’a aussi aidé à acquérir plus vite mon autonomie car en junior, nous vivions en gîte déjà comme de jeunes adultes. J’ai aussi beaucoup voyagé grâce au ping et découvert de très belles destinations comme l’Egypte, le Canada ou encore la Chine.

Quels sont tes centres d’intérêt en dehors du ping ?

J’ai différents centres d’intérêt mais le sport constitue le principal. J’aime suivre des disciplines variées comme le biathlon, le tennis, le basket ou bien sûr la natation.

Que penses-tu faire après ta carrière de joueuse pro ?

J’aime transmettre et le contact avec les plus jeunes. Je m’imagine rester dans le ping et y exercer un métier d’encadrement ou bien devenir institutrice.