Identité

Date de naissance : 08/01/1993
Droitier

Matériel

Revêtement : Target Pro GT H47
Bois : Hinotec Off

Palmarès

2020

Deuxième place aux championnats de France seniors en double mixte

2018

Deuxième place aux championnats de France seniors en double

2016

Deuxième place aux championnats de France seniors en simple

2015

Vainqueur des championnats de France seniors en double

2014

Vainqueur de l’ITTF World Tour d’Espagne (moins de 21)
Vainqueur de l’Open de Hongrie (moins de 21)

2011

Troisième place aux championnats du monde junior par équipe
Vainqueur des championnats d’Europe junior par équipe
Troisième place aux championnats de France junior
Troisième place aux championnats de France junior en double
Deuxième place aux championnats de France senior en double

2010

Deuxième place aux championnats de France junior
Vainqueur des championnats de France junior en double

L’interview Team Cornilleau

Comment as-tu débuté le ping ?

Je devais avoir 7 ans à peu près. Mes parents et mon frère étaient en club, en amateur dans les Yvelines, et je jouais avec eux pendant les vacances. Peu à peu, ça m’a plu et un an plus tard je me suis inscrit dans le même club qu’eux, à Saint-Arnoult en Yvelines.

Et ensuite, quel a été ton parcours ?

Je suis resté dans le club de mes débuts avec un rythme d’entrainement peu élevé pendant quelques années puis j’ai intégré une section sport / études à 11 ans au CREPS Île-de-France. J’y reste deux ans puis je rejoins le Pôle France à Nantes. A Cette époque, j’intègre l’équipe de France cadet et, à partir de là, c’est vraiment du sérieux car je me retrouve avec les meilleurs joueurs français de mon âge. Ensuite, direction l’INSEP où je m’entraîne toujours à l’heure actuelle.

Comment as-tu démarré en professionnel ?

C’est à 16 ans que j’ai fait mes débuts chez les professionnels, à Issy-les-Moulineaux, après avoir longtemps joué dans mon département natal, les Yvelines. C’est un club qui donnait réellement sa chance aux jeunes et j’ai su la saisir.

Tu as rejoint le team Cornilleau très tôt, comment cela s’est-il passé ?

Je crois que j’ai été le premier avec Thomas Le Breton à avoir rejoint l’équipe, en 2008. Ce qui m’a séduit, c’est que Cornilleau proposait un véritable accompagnement, un suivi sportif, bien au-delà de la simple aide en matériel.

Peux-tu citer des moments particulièrement marquants dans ta carrière ?

Je me souviens avoir remporté un « world cadet challenge » assez jeune. C’était une belle performance car c’était avec les tous meilleurs de ma catégorie d’âge et je gagne en finale contre Simon Gauzy. Plus tard, il y a un autre moment qui m’a marqué, en senior. En 2012, je gagne ma sélection en équipe de France en battant Christophe Legoût 11 à 9 à la belle. Il était sur la fin de sa carrière mais ça restait une légende et je m’en souviendrai longtemps. J’ai un autre très bon souvenir, cette fois en championnat avec Caen. On évite la relégation au dernier match de la dernière journée, ça a été un énorme soulagement. L’ambiance dans laquelle ce match s’est disputé a été incroyable et la fête qui a suivi aussi.

LORENTZ Romain championnatfrance2020

Quel type de joueur es-tu ?

Je suis un attaquant et j’utilise au maximum mon coup droit. J’ai besoin de prendre le jeu à mon compte. Je suis un joueur régulier, je m’appuie sur des variations d’effets plutôt que sur la puissance.

Quel est ton coup favori ?

Mon coup droit est mon arme favorite, et plus particulièrement pour jouer la ligne droite. Ça me permet de surprendre l’adversaire.

Que t’a apporté le tennis de table d’un point de vue personnel ?

En partant de chez moi à 11 ans, j’ai rapidement dû être autonome. J’ai donc développé un côté débrouillard qui m’est utile encore aujourd’hui. Le ping m’a aussi apporté une forme de discipline que je n’aurais peut-être pas sans ce sport. Il m’a aussi permis de voyager beaucoup, en Asie notamment, où j’ai particulièrement apprécié le Japon.

Que penses-tu faire après ta carrière de joueur ?

J’ai toujours eu une appétence pour le commerce, domaine dans lequel j’ai d’ailleurs un bac pro. Je ne sais pas précisément dans quelle fonction, mais il y a fort à parier que je travaillerai dans le commerce. Je pourrais aussi me reconvertir dans le ping, mais je ne pense pas avoir la patience par exemple pour entraîner des jeunes.