Identité

Date de naissance : 08/07/2003
Droitier

Palmarès

2019

Médaille d’argent aux Jeux Européens de la Jeunesse : catégorie S9-S10
Médaille d’argent par équipe aux Jeux Européens de la Jeunesse (catégorie S9-S10)
Quart de finaliste par équipe aux Championnats d’Europe 2019 (catégorie S9)
Champion de France moins de 21 ans
Vice-champion de France par équipe moins de 21 ans
Médaille de bronze aux Championnats de France Elite (catégorie S9)
Médaille de bronze aux Championnats de France Elite par équipe (catégorie S9)

2018

Vice-Champion de France moins de 21 ans

2017

Champion de France Jeune moins de 21 ans
Vice-champion de France Elite  (catégorie S9)

L’interview Team Cornilleau

Comment as-tu débuté le ping ?

J’ai commencé le ping un peu par défaut. J’avais six ans et je voulais pratiquer un sport, mais à mon âge et avec mon handicap (atrophie du mollet et absence de ligaments croisés), seuls le club de natation et celui de tennis de table étaient prêts à m’accueillir parmi les autres. Mon frère aîné pratiquant déjà la natation, mes parents et moi avons opté pour le ping.

Comment a évolué ta pratique du tennis de table ?

De six à dix ans, je m’entrainais une fois par semaine, puis comme cela me plaisait et que je me sentais capable d’aller plus loin, je suis passé à deux puis trois entrainements hebdomadaires. A quinze ans, j’ai découvert le milieu handisport et j’ai été sélectionné parmi les jeunes en équipe de France. L’année d’après, j’intègre l’équipe de France séniors. C’est allé assez vite mais je me plais vraiment au sein du groupe France, il y règne une super ambiance malgré les écarts d’âge.

Tu connais d’autres joueurs du Team ?

En équipe de France et lors de stage, je retrouve souvent Clément Berthier. Nous sommes les deux plus jeunes du groupe, ce qui a créé des liens au débuts. Nous sommes devenus amis et nous jouons d’ailleurs régulièrement en double. Ce fut le cas en championnats d’Europe notamment.

Quel type de joueur es-tu ?

Je suis plutôt passif, je joue en contre initiative. J’observe mon adversaire, je m’adapte, je défends, je le fais démarrer et je lance mon jeu. Je pense que mon jeu reflète assez bien mon caractère, j’analyse la situation avant d’agir.

Ton coup favori ?

Je joue avec des picots en revers et, au lieu de tourner pour prendre le revers, je tords mon poignet pour jouer la balle. Cela crée un effet de surprise qui m’est souvent favorable.

Quels sont les moments les plus marquants de ta carrière ?

En 2018, j’ai participé aux championnats d’Europe de la jeunesse, en Finlande. Je finis deuxième et j’en garde un super souvenir car c’était une de mes premières compétitions à l’étranger. En 2019, j’ai vécu deux moments marquants : un bon souvenir et un moins bon. Le bon, c’était ma victoire aux championnats de France jeunes. Le moins bon, en championnat d’Europe séniors. Je perds contre un Suédois alors que j’avais plutôt été bon lors des matchs précédents et je suis éliminé en poules au goal average, donc de très peu.

Que t’a apporté le ping d’un point de vue personnel ?

Le fait s’entraîner plusieurs heures de suite, répéter des coups pour les maîtriser à la perfection, c’est clair que cela m’a apporté de la rigueur, de la concentration. Le ping m’a aussi permis de progresser dans ma gestion du stress. Cela m’aide dans la vie de tous les jours, quand il s’agit de passer un examen par exemple.

Et en dehors du ping, quels sont tes centres d’intérêt ?

J’aime bien pratiquer différents sports comme la natation, mais étonnement, je n’en regarde pas trop à la TV. Je préfère vraiment les vivre. Sinon, j’aime bien aussi les loisirs assez calmes, comme la lecture ou le jardinage.

Quel métier penses-tu exercer plus tard ?

Après le bac, je me dirige vers un DUT dans le commerce. J’aime bien mettre en valeur de beaux produits. Je pourrais travailler dans le milieu du sport mais pas uniquement, je m’imagine bien commercial dans l’univers automobile.